Par vents et pavés !

Venez partager les réflexions qui parsèment votre route!
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mois d'octobre 07; Le bonheur

Aller en bas 
AuteurMessage
Bison

avatar

Nombre de messages : 72
Age : 56
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Mois d'octobre 07; Le bonheur   Jeu 18 Oct - 10:11

Après l’émoi causé par les révélations de mon anatomie, je constate que personne ne reprend le pôle pour nous lancer une autre révélation sulfureuse et croustillante. C’est dommage, mes instincts de potinage ne seront pas comblés. Je ne sais pas si les sujets du mois vont fonctionner encore mais j’ai décidé de mettre ce texte dans une nouvelle section. Je participe à un blog d’une fille qui se prépare à partir en mission et comme elle a fait un texte sur le bonheur, je lui ai répondu. On peut avoir l’air productif mais la magie de l’ordinateur et sa fonction «copier-coller» nous rends aussi paresseux. Dans le texte ci-dessous, il y a beaucoup de différentes parties que j’ai déjà écrite, des fois il y a longtemps (une entre autre sur le blog de Paul) que j’ai repiqué. Mais comme je crois encore tout ça et que le texte est déjà écris, je vous le partage.


Le bonheur

C’est l’fun que tu nous partage des bribes de ta vie et les réflexions que ça te fais vivre. C’est bien lorsque tu dit : «Je me sens profondément habitée par le bonheur, comme une force qui pousse de l'intérieur et m'amène à aller plus loin et vers les autres..» Ainsi, tu nous dis que le bonheur est à l’intérieur et non pas un billet gagnant de loterie qui nous attends caché quelque part. Beaucoup de personne cherchent le bonheur comme s’il était à «quelque part». Comme si ça dépendait de circonstances externes. Ils vont le chercher à un endroit, chez l’autre, dans leur compte de banque… et curieusement, il le cherche toujours comme s’il partait à la quête du Graal… perpétuellement.

Je crois que le bonheur est un état d’être. C’est quelque chose que les autres ne nous donnent pas mais qu’on bâtit soi-même justement à partir du don de soi, du service, de l’altruisme, autant de manifestation qui révèle qu’on peut aimer son prochain. Cet état d’être fait qu’on voit le beau des choses et de la vie. Par conséquent, on a encore plus le gout d’aimer et de se dépenser pour les autres.

Je crois que le bonheur se goute lorsqu’on s’habite soi-même, lorsqu’on habite sa vie. Je crois qu’on le construit soi-même. Mais attention! On n’est pas totalement autonome là dedans. Il faut être en interaction avec d’autres (sinon ce ne serais pas possible de se donner ou même d’en avoir le gout). Et il faut aussi être en interaction avec Dieu. IL est le soleil qui fait vivre. Ce n’est pas pour rien qu’on dit que Dieu est Amour. Sans Lui il n’y en a pas. Ce n’est qu’un succédané éphémère.

Dans mon couple, j’ai découvert que dans le fond, je ne peux pas vraiment rendre ma femme heureuse. Je ne suis pas l’outil, le moyen ou le but de son bonheur. J’y participe bien sur mais ce n’est pas de ma responsabilité. C’est même plus complexe que ça. C’est un peu comme une chimie où elle est heureuse par elle-même et c’est à ce moment je peux y participer. Il faut savoir que ce mouvement de «donner», fais notre bonheur à soi mais pas nécessairement celui des autres. On ne veut pas être responsable du malheur des autres mais nous ne somme jamais responsable du bonheur des autres. Par contre, il faut agir comme si on l’était. C’est important de ne pas se leurrer là-dessus sinon on se met sur le dos des choses que nous ne pourrons jamais porter.

Je ne crois pas qu’il y ait 36 façons d’être heureux. Je n’en connais qu’une. C’est de donner sa vie pour ceux qu’on aime. C’est de se dépenser pour les autres. Chez les scouts, on appelait ça «le service ou la B.A.» Comme c’est une option que j’ai pris il y a déjà plusieurs années, j’ai accumulé quelques citations que je vous partage :


Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.
Jésus (dans Jean 15, 13)


Mais le véritable chemin du bonheur est de donner celui-ci aux autres. Essayez de quitter la terre en la laissant un peu meilleure que vous ne l'avez trouvée et quand l'heure de la mort approchera, vous pourrez mourir heureux en pensant que vous n'avez pas perdu votre temps et que vous avez fait "de votre mieux"

Robert Baden-Powell dans «Sa dernière lettre aux scouts»




Le vrai bonheur est semblable au radium. C’est une forme d’amour qui rayonne d’autant plus qu’il se donne aux autres.

Robert Baden-Powell dans «La Route du succès»


Un des secrets du bonheur est de demander beaucoup à soi-même et peu aux autres.
Gertrud von Le Fort



Le bonheur est souvent la seule chose qu'on puisse donner sans l'avoir et c'est en le donnant qu'on l'acquiert. "
Voltaire



C'est en parvenant à nos fins par l'effort, en étant prêt à faire le sacrifice de profits immédiats en faveur du bien-être d'autrui à long terme, que nous parviendrons au bonheur caractérisé par la paix et le contentement authentique
Dalaï Lama Extrait de «Sagesse ancienne, monde moderne»



«Je vous le déclare, en vérité : celui qui donne même un simple verre d'eau fraîche à l'un de ces petits parmi mes disciples parce qu'il est mon disciple recevra sa récompense. »
Évangile selon St Mathieu 10, 42



«Suis-je normale Docteur?» te demandes-tu. Normale oui, mais aussi d’une race à part car tu expérimente un secret qui est pourtant à la porté de tous mais qui malheureusement n’est pas à la mode dans notre monde. Et comme c’est «une force qui pousse de l'intérieur…» si un jour le malheur frappe à ta porte, tu pourras y faire face avec bonheur.

Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faucon
Admin
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 40
Localisation : Gatineau
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Mois d'octobre 07; Le bonheur   Ven 26 Oct - 0:16

Tant qu'à être dans le recycler, je fais encore pire: je vous fourgue un texte qui n'est même pas de moi ! cyclops

Mais il en vaut le coup, c'est un extrait d'un livre que je suis en train de lire, Châteaux de la colère , par Alessandro Baricco. Je le trouve fabuleux, c'est comme un poème ce livre. Je n'ai lu que le tiers, mais je le recommande déjà chaudement! cyclops

Enfin, voilà:

C'est un petit gars de 8 ans qui débarque dans sa famille d'adoption et il est ébloui par la magnifique table de la salle à dîner, débordant de bons plats fumant posés sur une vasselle en argent et tout.. Ébloui aussi par la beauté du visage de sa nouvelle maman. Il est alors dans son lit et repense à sa première journée:

"Elles étaient entrées dans ses yeux, ces deux images, comme la perception instantanée d'un bonheur absolu et sans conditions. Il les porterait en lui à jamais. Parce que la vie, c'est comme ça qu'elle te roule. Elle te saute dessus quand tu as l'âme encore tout endormie, et elle t'y fait germer une image, ou une odeur, ou un son qu'ensuite tu ne peux plus ôter de là. Et le bonheur, c'était ça. Tu le découvres après, quand tu es déjà, pour toujours, un exilé: à des milliers de kilomètres de cette image, de ce son, de cette odeur. À la dérive."

J'ai été frappé par cette idée que le bonheur qui convenait serait inscrit en soi, comme une image implantée dans sa tendre enfance, et qu'on devait déterrer. Cela peut prendre un certains temps avant de la voir, surtout si on n'est pas à l'écoute, que le regard porte plutôt vers l'extérieur que vers l'intérieur, au risque même de se laisser entraîner par les aléas de la vie à la dérive, toujours plus loin de cette image.
La vie devient si simple lorsqu'on a saisi son image. cyclops

Qu'en dis-tu Bison?

Faucon

PS C'était pour attirer ton attention, les cyclopes, Annabou! cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laroute.naturalforum.net
Bison

avatar

Nombre de messages : 72
Age : 56
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Re: Mois d'octobre 07; Le bonheur   Mar 30 Oct - 13:51

Fichtre! Bigre! Diantre! Exclamation Tu nous surprendras toujours. Il y a quelque chose de fascinant chez toi. Cette aptitude à nous sortir des réflexions issues de Tau Ceti qui, si on cherche à comprendre, nous smash entre les dents. Et pour être plus clair, je les nomme :

Je travaille dans le domaine du religieux. Bien sur, j’ai la foi. Je n’ai pas étudié en théologie mais je me suis fait l’oreille à un langage et à des notions légèrement transcendantes. Note que je n’ai rien contre le flyé, ça alimente aussi la foi mais ma spiritualité à moi, fidèle ordinaire modelé par le scoutisme en est une des élans du cœur dans le concret du quotidien. C’est pour ça que je trippe sur BP qui nous révèle le bonheur en 2 lignes accessibles pour des ados. À travers des ouvrage de spiritualité que je ne lit pas ou des retraites que je suis peu, j’entends que le bonheur véritable est d’utiliser sa liberté pour répondre «Oui» au dessin de Dieu sur nous. Car il est entendu qu’IL nous connais mieux que nous même et espère notre réalisation et notre épanouissement le plus total. C’est beaucoup mieux dit lorsque c’est un vieux sage qui l’exprime. Et toi, à partir d’un texte tu nous conclu : «cette idée que le bonheur qui convenait serait inscrit en soi, comme une image implantée dans sa tendre enfance, et qu'on devait déterrer.» En accédant à toute l’immensité de ta profondeur, tu nous largue la même réalité (en autant qu’on puisse accepter que c’en soit une) en terme laïque. Moi je trouve que c’est ça la richesse des points de vues.

Il est manifeste que tu trouve jouissance à lire. Malheureusement, moi je suis trop pragmatique. C’est le revers de la médaille du paragraphe précédent. Probablement que ce texte là, je l’aurais lu sans réagir ou sans que ça touche une fibre particulière chez moi. Mais toi tu nous partage ce poème de livre. Tu aimes lire. J’ai eu une image en te lisant. Une scène du film Amadeus (je vous le recommande). Salieri, compositeur de la court s’accusant du meurtre de Mozart, se fais remettre banalement un tas de feuille par quelqu’un qui n’en connais pas la valeur. Ce sont des partitions que compose Mozart. Salieri qui est jaloux et qui hait profondément Mozart, «lis» la musique. Celle-ci l’envahis et il goute le génie de Mozart. Vous voulez voir un homme éprouver un orgasme au cinéma? L’acteur a gagné un oscar.

J’en dis «oui». J’y travaille.
Et toi, est-tu heureux?
cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Biche

avatar

Nombre de messages : 78
Age : 64
Localisation : St-Sauveur
Date d'inscription : 22/10/2006

MessageSujet: Le bonheur   Mer 31 Oct - 21:16

Il me plaît de vous lire messieurs ! Le bonheur demeure pour moi une réponse interne à un événement externe doux, agréable, exaltant. Une révélation, une naissance, une senteur de gazon coupé, un air de musique, une poignée de main, une lettre attendue, une odeur de linge qui sèche sur la corde au dehors, un coup de vent qui défait le tas de feuilles mortes, un feu de bois qui a de la difficulté à prendre ou qui danse pour nous, un récit d’aventure, un partage intense, un tableau, un vitrail, un accomplissement, un livre qui… etc. C’est donc dans le senti (un état) que l’on peut parler de bonheur.

Je suis d’avis aussi pour dire que le bonheur se présente comme un ancrage. Un souvenir, ou une photo que l’on projette dans un autre temps, du déjà vu enfoui dans notre mémoire dont personne n’a accès, sauf nous-mêmes. Oui, le bonheur existe. Pourquoi est-ce difficile de partager son bonheur ? Parce qu’il n’est pas vécu de la même manière et de la même intensité par chacun. Ces souvenirs ne sont pas faits pour être calqués.

En contrepartie, je pense à certaines personnes qui utilisaient le déjà vu, les idées préconçues, peu de créativité. Je ne sentais pas ces personnes heureuses. N’ont-elles pas eu de souvenirs heureux pour ainsi être une reproduction ? Sont-elles libres de recevoir ces moments magiques ? Ce calquage, que je nommerai stéréotypes, je me les représente par des affiches publicitaires, ce qui a trait à la consommation, des idées mâchées, des modèles qui sont susceptibles de nous apporter du contentement, etc. Ces objets ne sont pas une garantie de bonheur. Ces stéréotypes ont un moindre impact sur nos vies, comme ancrage, je veux dire. Ils sont rarement porteurs de moments heureux, ou du moins d’une manière éphémère.

Un petit bonheur pour un tel peut être un grand bonheur pour un autre. Le bonheur, nos ancrages, nous fait simplement oublier nos épreuves, notre ordinaire.

Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus disait : Tout ce que je fais, je le fais avec Amour. Les aspects du bonheur ne sont pas discutables, selon moi.

Suis-je heureuse ? La question…oui, je le suis la plupart du temps. J’ai des moments d’angoisse, de tristesse, etc. Mais je sais avec ma tête qu’il existe des moments où je vis des purs bonheurs, et qu’ils ne disparaîtront pas. A moi de leur laisser la place !

Vivons dès maintenant des moments heureux et faisons-en des souvenirs, ils seront nos bonheurs futurs…

Pour ce qui est de Mozart et de Salieri, j’ai vraiment tripé sur ce film. A quand les prochaines tit’vues…?

Amitiés,
Biche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faucon
Admin
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 40
Localisation : Gatineau
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Mois d'octobre 07; Le bonheur   Jeu 1 Nov - 23:46

Donc pour toi Biche, le bonheur est comme un bouquet de fleurs que l'on ramasserait en chemin, chacune (chaque Marguerite cyclops ) représentant un moment de plaisir que nous avons connu. Et attention aux fleurs artificielles, préfabriquées (en plastique genre!) que les marchands de tout acabit auront plantées sur le bord de la route!

J'imagine que ça peut être bien de se confectionner un bouquet comme ça, surtout si on choisit bien ses fleurs, n'ont quelles soient nécessairement rares ou flamboyantes, mais qu'on sache identifier celles qui nous plaient vraiment, celles qui poussent à l'écart des chemins battus, celles qui semblent germer après une ondée particulièrement douce. On pourrait même en cultiver quelques unes, question que le bouquet demeure bien vivant, devenant en quelque sorte le jardinier de son bonheur!

Ce serait peut-être même davantage le fait de chercher les-dites fleurs et de les cultiver qui rendrait heureux, plutôt que le fait de posséder un beau gros bouquet. Personnellement, je ne suis pas sûr que la contemplation de mes beaux souvenirs saurait me rendre heureux.

Mais j'aimerais pousser plus loin le parallèle végétal! Au point de dire que je suis moi-même comme une plante. cyclops Je trouve que mon bonheur dépend horriblement des éléments extérieurs - comme si les défis que je relèves, les personnes que je fréquente, les frustrations que je vis, le sommeil que j'ai ou qui me manque, la bouffe, le sport, tout ça, agit sur moi comme ferait le taux d'humidité, la lumière, la qualité du sol, etc. sur une plante. Et je dirais: une plante capricieuse, capable de produire de très beaux fruits, mais qui demande beaucoup d'entretien!

Je me demande si c'est parce que je me trouve dans un sol aride (ce qui est certainement le cas de ce côté du pays !), ou bien parce que je n'ai pas les racines assez fortes (j'ai toujours été pas mal volage)? Il me semble que ce serait préférable de pouvoir générer ma sève vitale à partir de ma propre chlorophyle, avec un minimum d'engrais quoi - sans avoir à chercher continuellement les nouvelles sources de lumière, un nouveau sol riches en nutriment, etc.

Ouais, la chlorophyle me semble êtres comme cette image qui est implantée en nous, avec laquelle il nous est possible de générer le flux vital qui nous rend heureux - la sève, et ceci à partir de conditions extérieures minimales.

Oui, je crois que la clé du bonheur est de savoir distiller sa chlorophyle, afin qu'elle puisse ensuite infuser dans nos vienes le suc bienfaisant du bonheur de vivre. Les racines n'ont pas besoin de s'aggriper au sol - s'en tenir aux besoins minimaux, il est plus important de les laisser plonger profondément en nous-même en fait.

Et comment distille-t-on sa chlorophyle? Certains naissent-ils avec plus de cholophyles que d'autres? Peut-on épuiser sa chlorophyle, ou la décupler? Je répondrai oui aux 3 dernières questions, quant à la première... j'en reviens à ton premier mot Denis, je crois que de donner aux autres est certainement une méthode. Je crois aussi qu'il faut connaître sa propre chlorophyle, car certains types sont plus efficaces avec la lumière rouge, d'autres avec la lumière jaune, d'autres savent utiliser une large gamme de lumière et sont comme verts! cyclops

Enfin, je me suis pas mal emporté là dans la métaphore végétale... Il est tard je crois, je suis désolé de vous infliger ce message interminable.

Mais tout de même, pour répondre à ta question Denis... et bien que Brassens considérait cette question comme la plus indiscrète qui soit! Je te dirai que j'ai connu meilleur printemps, mais hiver plus rude également. Il me semble que j'aimerais encore trouver cette image intérieure qui saurait éclairer mon existence; que je devrais étudier encore les propriétés intimes de ma chlorophyle, car j'ai pas mal besoin d'engrais et que parfois, l'engrais ne sent pas très bon..! cyclops

ciao ciao
Faucon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laroute.naturalforum.net
Castor

avatar

Nombre de messages : 32
Age : 35
Localisation : Berlin
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Mois d'octobre 07; Le bonheur   Ven 2 Nov - 12:53

salut vous tous!
après avoir écrit un long message qui décrivait en détails plusieurs points de vues du bonheur, ce que j'en pense, mes réactions à vos textes tellement inspirants et etc. ...
je me sens comme ça: Evil or Very Mad et comme ça: Mad et comme ça affraid et comme ça: confused et comme ça: No et comme ça: Shocked et comme ça: Embarassed et comme ça aussi: Crying or Very sad et finalement: Sad
ouf ça fait du bien de traduire clairement ses émotions en petits dessins. peut-être il faut nuancer, je me sens aussi comme ça: pale et ça:elephant .
je déconne mais je suis vraiment fâchée: j'ai perdu le texte. Faucon? peux-tu m'expliquer? quand j'ai fait envoyer je me suis retrouvée sur la page connexion? en plus je l'avais sauvegardé mais le dernier copier-coller que j'ai fait c'était ça: cyclops et c'est tout ce qui reste du texte. absurde non? peut-être que c'est mieux dans le fond. ... non j'ai envie de vous réécrire, mais là je dois malheureusement aller travailler. alors je m'y remets, dans word, bientôt! En tout cas merci pour vos textes, qui sont franchement inspirants, justes, beaux, qui me jettent à terre. et merci Faucon de recommander Barrico. IL FAUT LIRE TOUS LES LIVRES DE BARRICO. et les RELIRE. quelle poésie!
salutations du gris apocalyptique de berlin!
castor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faucon
Admin
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 40
Localisation : Gatineau
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Mois d'octobre 07; Le bonheur   Ven 2 Nov - 16:46

Ah, je croyais que tout le monde savait maintenant:

ON PERD LA CONNEXION LORSQUE ÇA FAIT TROP LONGTEMPS QU'ON ÉCRIT.

Il faut donc soit écrire son texte dans un autre fichier (genre word) et le copier sur le forum, ou bien faire une copie du texte avant d'appuyer sur "envoyer", au cas où on le perdrait. Je suis désolé que ça te soit arrivé.. Crying or Very sad

Auras-tu la patience de le ré-écrire?

Gabwé Mad

PS Je ne suis pas surpris que tu aimes Barrico Annabou, il me semblait que c'était ton genre !


Dernière édition par le Jeu 8 Nov - 22:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laroute.naturalforum.net
goeland

avatar

Nombre de messages : 28
Age : 38
Localisation : Gatineau (Hull) - ah le parlement!
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Mois d'octobre 07; Le bonheur   Dim 4 Nov - 9:47

Je me lance...

Donc tout d'abord, pour reprendre une expression de Luc (mon super coloc barbu), wow chu même pas capable de trouver une définition pour le bonheur, me semble que c'est tellement évident ce que c'est !

et bien oui, pour moi c'est évident! J'ai longtemps vécu dans le non bonheur pour savoir ce que c'est que d'être heureuse ! jocolor

Donc, je suis heureuse lorsque:
Surprised je me sens intérieurement bien;
cheers si je marche dans la rue, je souris à n'importe qui (en fait je souris tout le temps!);
Sleep je n'ai pas de difficulté à me lever, car j'ai au départ choisi des activités ou un travail qui me plait, donc j'ai hâte d'y aller;
sunny Je suis entourée de gens que j'aime beaucoup et qui me font du bien! (merci colocs!);
Razz je mange bien, mais je me réserve des repas poutines!!!;
bounce je fais du sport et Cool de la relaxation;
pirat J'observe bien mon entourage et je sais me rendre utile lorsque c'est le temps;
clown J'essaie d'avoir du plaisir !!! Combien de fois, dans notre appart, on fait une petite impro sur ce qui nous inspire....!!! (merci Lysandre!)
flower Je prends le temps pour m'arrêter, et de reconnaître cette belle nature qui nous entoure;
Very Happy J'essaie de toujours voir ma vie et les événements qui arrivent positivement;
tongue Razz Laughing sunny elephant et je pourrais continuer la liste....

Donc, ce que je peux en retenir, je m'arrange pour être dans une situation ou je connaîtrai du bonheur ou je change ma façon de penser (restructuration cognitive) pour mieux voir la vie!

Et le bonheur dans tout ça ? Je crois ne pas y être totalement rendue... Il y a encore des événements que j'accepte difficilement ou encore que j'ai des pensées sombres.... Le bonheur c'est la phase ultime de l'heureusité ou tu acceptes bien tout ce qui t'arrives et tout ce qui se passe alentour de toi. Tu vois les événements négatifs et positifs comme des défis au lieu de grosses embuches à surmonter.

Et comme toi Gabriel qui parle de chlorophyle, je pense aussi que les événements extérieurs ont une influence sur notre vie, par contre, jusqu'à un certain point, il nous est possible en tant que plante, d'aller semer ailleurs, de se tourner vers la meilleure lumière pour nous, d'accepter de bons amis dans notre jardin....

Soyons proactifs les zamis! affraid cyclops Exclamation

Et voilà, pas facile à expliquer, mais avec des exemples, ça simplifie les choses!!!

Basketball : voici mon nouvel ami! Il me représente bien !!! Et c'est cette passion qui me garde heureuse dans ces temps-ci!
xxxx

PS: Vous connaissez un peu plus mes colocs maintenant! rendeer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faucon
Admin
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 40
Localisation : Gatineau
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: tout ou rien   Jeu 8 Nov - 23:04

Salut groupe,

Le sujet m'interpelle vraiment, alors je voudrais continuer la discussion!

Mon voisin (ben oui, Luc le barbu là!) a affirmé quelque chose qui m'a passablement troublé: on est heureux ou on ne l'est pas, tout ou rien, il n'y a pas de degré intermédiaire.

En incluant cette nouvelle dimension à notre discussion, je propose la cosmogonie du bonheur suivante: (1) la plus simple, composée des plaisirs que l'on goûte, via la satisfaction de nos sens, la société de consommation tente d'en exulter l'importance; (2) le bonheur que l'on peut connaître chaque jour, généralement par la satisfaction de nos besoins plus fondamentaux: aimer et être aimé, se réaliser, avoir espoir, etc., je crois que c'est le bouquet de Marguerite (!) et l'équilibre de Goéland; (3) être heureux ou non, là c'est "le summum de l'heureusité", un espèce d'état d'acception totale de soi et donc du monde autour de soi, peut-être ce que Bison appelait s'habiter soi-même, le produit de la chlorophyle quoi.

Mais en tout cas, ce qui m'a frappé, c'est ce tout ou rien du numéro 3. Alors que les échelles 1 et 2 sont clairement graduées (pensons mathématiquement, ok Ocelot!), la troisième est quantique. Soit on s'aime, soit on s'aime pas; soit on se pardonne, soit on se pardonne pas; soit on est heureux, soit on ne l'est pas.

Et DONC, les dimensions 1 et 2 ne comptent pas vraiment... seul la 3 est essentielle, car si on est véritablement heureux, on le reste peu importe ce qui se passe au dehors. Comme le moine boudhiste qui sait lâcher prise et accepte le monde avec compassion. (Oui, je crois que la philosophie boudhiste s'est particulièrement penché sur cette dimension là. Quelqu'un la connaît bien?)

Bon, je vous donnerai des nouvelles quand j'en saurai davantage sur la troisième dimension du bonheur - ou comment être heureux avec soi-même... cyclops


Dernière édition par le Ven 9 Nov - 12:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laroute.naturalforum.net
Bison

avatar

Nombre de messages : 72
Age : 56
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Re: Mois d'octobre 07; Le bonheur   Ven 9 Nov - 11:37

Je nous ai lancé un sujet qui finalement est plus vaste et plus grand que ce que je croyais en savoir. Pourtant, ça fais des années que je vis et que je réfléchis là dessus. Je vous dévoile peut-être un secret (un autre) mais tout ça a un rapport avec mon engagement de vie et plus particulièrement les raisons qui m'ont fait œuvrer au clan (un indice: penser à l'unité de vie).

Bref, je vais faire comme toi Faucon: «je vous donnerai des nouvelles quand j'en saurai davantage…» Je crois même que je vais m’imprimer la totalité de nos échanges sur le sujet et aller méditer là-dessus en fin de semaine. Une marche en nature, sous le soleil d’automne sunny et dans les feuilles à respirer l’air frais chargé des effluves de terre, d’humidité, de la nature qui s’endort avant la froide saison. Déjà on voit comme ça vas faire du bien.

Quant aux autres (si il y a d’autres lecteurs), ne vous laissez pas impressionner par la densité de nos propos drunken et dites nous ce que vous en pensez. Parfois, un petit commentaire simple appuyer par le vécu, un peu à l’exemple du voisin de Gabriel, peut nous faire plancher profitablement. Reste à savoir pourquoi Gab parle du bonheur à ses voisins?? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
goeland

avatar

Nombre de messages : 28
Age : 38
Localisation : Gatineau (Hull) - ah le parlement!
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Mois d'octobre 07; Le bonheur   Sam 17 Nov - 10:16

Salut vous autres!

J'ai écrit une mini impression sur un film que j'ai vu avec faucon. Ce texte a d'abord servi pour le journal en psychoed. de mon programme, mais je crois qu'il est propice que je vous fasse un copié-collé ici... Et oui, moi aussi j'utilise mes textes plus d'une fois!
Ciao les zamis! Basketball

Cinémotion – Into the Wild

Samedi soir dernier, j’étais en compagnie d’un ami et nous nous demandions que faire de notre soirée. Il nous est donc venu l’idée originale (!) d’aller voir un film au cinoche. Nous espérions tomber sur un bon film qui vaille la peine d’être vu… Notre choix : Into the Wild. Étant tous deux amants de la grande nature et sachant que la majorité du film s’y passe, ce ne fut pas difficile de nous laisser convaincre!

Assis dans les super bancs confos de la salle de cinéma, nous nous sommes laissés porter intellectuellement et émotivement par l’histoire de Christopher McCandless. C’est un jeune homme qui vient tout juste de terminer l’université haut la main, est d’une famille assez en moyen et a une sœur qu’il aime beaucoup. Donc a priori, tout semble bien aller pour lui… Par contre, en regardant la relation qu’il a avec ses parents et comment ils vivent, il commence à se poser des questions sur qui il est. C’est à ce moment que le désir de tout quitter pour mieux se retrouver envahit ses pensées. Il décide alors de laisser derrière lui famille, argent (il avait en main 25 000 $ qu’il offre à un organisme de charité), biens matériels, etc. Il change même son nom pour Alexander Supertramp*. Il vivra alors la plus grande aventure de sa vie. Il parcourra en auto, à pied, sur le pouce, en camion, en kayak et en train une bonne partie des États-Unis entre Atlanta et l’Alaska. Sur son chemin, il rencontrera des gens qui lui feront découvrir la vie et il vivra des expériences inoubliables, dont une descente-suicide en kayak sur la Colorado River. Il arrivera enfin à son objectif : l’Alaska, où avec quelques provisions seulement, son sac de couchage et son fusil, perdu au milieu de nulle part, il découvrira ce qui deviendra sa maison pour les prochains mois, un autobus qu’il nommera The Magic Bus. Je vous laisse découvrir la suite…

Ce film m’a fait vivre une gamme d’émotions aussi intenses les unes que les autres. J’ai ri, j’ai été éblouie, j’ai été touchée, j’ai été choquée, j’ai pleuré. Il m’a fallu le générique au complet, la marche de retour de 20 minutes en quasi-silence et enfin, rendue chez moi, la discussion d’après-film avec mon ami Gabriel pour me remettre des différents sentiments que j’ai ressentis durant la projection.

Ce film nous a permis de nous poser plusieurs questions… Qu’est-ce qui amène un être humain à tout quitter pour espérer trouver meilleur ailleurs? Jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour trouver ce que l’on cherche et répondre à nos questionnements intérieurs? Que faisons-nous avec notre bonheur, le partager ou le garder pour nous-mêmes? Pouvons-nous être heureux seuls?

Je vous laisse sur ces questions… Into the Wild est un excellent film qui invite fortement à la réflexion personnelle. Évidemment, je vous le conseille!

Par Marie-Audrey Leblanc
Trésorière AEMP

Site web officiel du film : http://www.intothewild.com/

* To tramp signifie faire une randonnée, voyager à pied, vagabonder; le mot a parfois une connotation péjorative genre va-nu-pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysandre

avatar

Nombre de messages : 2
Age : 32
Localisation : Dans le vieux hull
Date d'inscription : 23/04/2008

MessageSujet: Re: Mois d'octobre 07; Le bonheur   Jeu 24 Avr - 10:44

Je me présente, Lysandre, copine de Luc le barbu, colloque de Goéland et voisine de Faucon. J’ai eu le plaisir de cuisiner avec Luc pour les guides durant toute une fin de semaine. C’est Faucon qui m’a invité à jeter un coup d’œil sur le sujet du mois, j’ai tout lu sur le sujet des trois derniers mois et l’inspiration m’est venu. Je me lance vers le bonheur de vous écrire ma vision de ce bonheur.


Le bonheur est certainement une manifestation du bien-être intérieure. C’est en reconnaissant sa valeur intime, son estime de soi qu’on peut atteindre le bonheur. Le but n’est pas d’attendre après ce bonheur, mais de jouir de moment de bonheur. Certains appelleront cela des moments heureux, de joie, ou de bien-être, des moments de bonheur sonne tout aussi bien à l’oreille.

Je crois qu’il est nécessaire de guérir ses blessures et de pardonner pour atteindre ce bonheur. Chaque fois que je vis un moment de haine ou de tristesse qui m’éloigne de mon bonheur au présent, j’essaie de comprendre qu’est-ce qu’il y a derrière ces sentiments et d’où viennent-ils? Je fais beaucoup de liens avec mon enfance et l’éducation de mes parents. Après la prise de conscience de ses sentiments, vient l’acceptation de soi!

Le bonheur se vit grâce à l’acceptation et l'amour ('I love you') de soi. Cela veut dire qu’on doit accepter ses défauts, échecs… et changer notre perception de ceux-ci pour être heureux. L’optimiste ou le positif a plus de chance de vivre heureux.

L’acceptation de soi est le chemin vers le bonheur et la rencontre de moment de bonheur.

Merci de m’avoir permis de partager cette vision.

Lysandre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mois d'octobre 07; Le bonheur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mois d'octobre 07; Le bonheur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alice du mois d'Octobre: Alice et les plumes de paon
» Vos plus belles photos du mois d'octobre 2010
» theme pour le mois d'octobre
» Le thème du mois d'Octobre 2011 - Thème Spécial (Récompense)
» [Périodique] Mon Bonheur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Par vents et pavés ! :: Palabres et réflexions :: Sujets du mois-
Sauter vers: