Par vents et pavés !

Venez partager les réflexions qui parsèment votre route!
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 le Tajumulco !

Aller en bas 
AuteurMessage
goeland

avatar

Nombre de messages : 28
Age : 38
Localisation : Gatineau (Hull) - ah le parlement!
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: le Tajumulco !   Mer 1 Nov - 0:31

Je vais vous raconter, en quelques lignes, une expé assez intense que j’ai vécu cet été. Je suis retournée au Guatémala cet été, mais cette fois-ci avec Faucon. Comme le Guaté est le paradis des montagnes et des volcans, on ne pouvait pas y aller sans s’amuser à en escalader une….( et surtout avec Faucon, c’est impensable d’aller à un endroit et de ne pas faire une explo-nature!).

Donc, on a commencé nos recherches à Gatineau, avec nos livres et avec Internet pour trouver LE défi à notre taille. Je me suis rappelée que j’avais rencontrée (lorsque j’y suis allée en 2005) des gens qui faisait des expé pour les touristes, donc on s’est informé de ce qui offrait comme aventure.

L’organisme s’appelle Quetzaltrekkers. Ce sont des gens de partout à travers le monde qui travaillent bénévolement dans des organismes de santé et d’éducation de Quetzaltenango (ville culturelle du Guaté, ou l’on y retrouve quand même dans gens démunis…) et qu’après un certain temps, ils peuvent devenir guide pour des expé de plein-air. Si vous avez un 6-12 mois à offrir au Guaté et que vous voulez tripper, c’est un bon endroit!

Donc, nous avons donc décidé de monter le plus haut volcan de l’Amérique Centrale, soit 4220 mètres d’altitude, qui est le Tajumulco. Hayyyy ! Je ne me sentais pas du tout prête pour ce genre d’aventure…. Mais bon, je voulais relever ce défi assez impressionnant !

Lorsque nous étions au Guaté, avant d’aller monter le Tajumulco, nous avons décidé d’aller monter un plus petit volcan le Pacaya, avec une altitude d’environ 2 500 m., on montait environ 800 derniers mètres de ce volcan. Il est assez facile à monter. Les vieux pépés et mémés guatémaltèques le font en gougoune en suivant un assez bon rythme! En passant, ce volcan est en activité et depuis cet été, il est de plus en plus actif. Nous avons vu de la lave couler entre les roches! Vidéo à l’appui pour ceux qui sont sceptiques.

Donc, pour monter notre fameux volcan, il fallait se rendre dans la majestueuse ville de Quetzaltenango, une belle ride d’environ 5 heures de Guatémala Ciudad qui nous fait voir les paysages montagneux sublimes du Guaté! Nous nous sommes rendus à l’hôtel Argentina qui est le QG du groupe Quetzaltrekkers. Nous nous sommes inscrits pour cette belle aventure ! La cotisation que nous payons va totalement à de organismes dont Quetzaltrekkers s’occupe, voici un bon moyen d’aider des gens de la région et en plus, on sait ou va notre argent!

La veille du départ, nous avons eu une réunion avec tout le groupe qui jubilait à monter ce volcan pour nous expliquer un peu comment ça allait fonctionner, nous donner l’équipement et la bouffe qu’il fallait traîner et il pouvait aussi nous prêter du matériel de rando si on n’était pas bien équipé (ce petit détail, nous le connaissions avant de partir pour le Guaté, donc, on ne s’en pas emmerdé à traîner notre stock d’expé, nous en avons emprunter!)

Le soir même, nous sommes allés manger des pâtes et pizza dans un bon restau italien et le tout accompagné, d’un bon vin maison!

Le jour J, nous nous sommes réveillés vers 4h30 du matin pour être au rendez-vous à 5h00. Nous avons commencé notre périple par une ride de pick-up. Allez hop, tout le monde dans la boîte de pick-up! Le vent était assez frisquet (Queltzaltenango est à environ 2 300 m. d’altitude). Et on arrive à la « station » de bus, ou l’on prenait un chicken bus (ancien bus scolaire qui sert de transport en commun) pour se rendre dans la ville de San Marcos. Arrivée là-bas, nous avons eu droit à un bon festin qui était un déjeuner typique (pour riche…) du Guaté, frigole (fève noire écrasée), huevos (œufs), platanos (plantain), cafe o te. Hum, délicieux! Après ce repas, nous avons pris un autre chicken bus qui nous amènerait jusqu’à notre début de chemin pour gravir ce monstre de la nature! Ha oui, j’oubliais, nos sac étaient attachés sur le toit du bus (il y a un rack qui fait tout le toit) et il y a un gars qui a perdu son matelas de sol durant le chemin !

Début : 3 000 mètres d’altitude

Arrivés en plein milieu de nulle part, nous avons commencé à gravir sur les terres qui étaient assez abruptes pour enfin arriver à une plaine, ouf…. C’était le bout le plus épuisant de toute la fin de semaine! On a pris une pause de 15-20 minutes pour aller faire un pipi collectif entre femmes, pour bien s’étirer et pour connaître qui sont les autres touristes fous qui viennent souffrir avec nous durant 36 heures!

Nous avons donc commencé à marcher vers ce pic de montagne qui était couvert de nuages. Nous marchions sur un chemin parfois de roches, parfois de terre. Il faisait beau et pas trop chaud, juste assez pour être bien en marchant! (les gens disent que le Guaté, c’est le printemps éternel, et bien ils ont trop raison!) Les paysages, lorsque les nuages ne les bloquaient pas, étaient époustouflants. On pouvait voir les villages tout en bas (le même sentiment que lorsque l’on est en avion…) on a pu voir des vaches qui broutaient dans ces côtes abruptes, parfois accompagnés de leur maître. Un moment donné, nous nous sommes arrêtés pour prendre une pause gorp (mélange de noix et fruits séchés, le meilleur énergisant en expé!). On a pu observer les belles fleurs sauvages qui avaient des teintes blanchâtres, mauves, rouges.

On a continué notre petit chemin. J’étais contente de voir que je m’en faisais vraiment pour rien lorsque je m’en faisais à savoir si j’allais être capable de suivre le rythme. Ça allait très bien! Je me suis même trouvé un truc pour ne pas trop abîmer mes genoux (ils en ont vécu pas mal, il faut que je les ménage, ha le basket!). Au ¾ du chemin, nous avons arrêté pour prendre notre dîner : guacamole, tartine de beurre d’arachide et de confiture, salade de patate écoeurante…. Et nous comme bon scout, en attendant que les gens qui avaient les plats du dîner les sortent, nous avons sorti notre aki! Pleins de gens partout à travers le monde ne connaissent pas ce jeu! Nous en avons initié quelques uns! Et ça faisait trop du bien de faire cet exercice d’étirement-jeu! On a continué notre chemin pour ensuite arriver à notre campement.

Altitude du campement : 4 000 m.

Nous avons découvert un petit endroit de campement ou les vaches venaient souvent y faire leurs besoins. Les mottes de caca de vache ressemblent à de la terre, donc vous pouvez bien croire que l’on devait bien regarder le parterre si on ne voulait pas piler dedans! On a installé le campement et on a relaxé. Il y avait une autre petite gang de touristes juste à côté de nous. Nous sommes allés leur emprunter de leur flamme et braise, car un des jeunes de notre groupe voulait absolument partir un feu, mais tout était trempe comme vous n’avez pas idée… Après une heure de gossage, le feu est parti. Ça faisait vraiment du bien car il faisait assez froid et humide. On a fini par manger des pâtes avec une bonne sauce épicée, ça faisait chaud au cœur! Et après, on a un peu veillé auprès du feu en discutant avec des Catalans (gens qui viennent d’une partie de l’Espagne). Leur histoire ressemble sensiblement à celle du Québec, eux aussi ont une langue propre, une culture propre et ils veulent être reconnus! Après tous les bâillements de tous et chacun, nous sommes allés nous coucher.

Le lendemain, on se réveillait encore tôt pour être sur le sommet du volcan pour le lever du soleil. Il faisait frette, on avait juste le goût de rester emmitouflé dans notre chaleur acquise durant la nuit! Mais non, l’aventure nous appelait! Donc, nous avons commencé à gravir les dernier 220 m. du volcan en ayant notre frontale bien allumée! Durant le chemin, j’ai eu quelques petits malaises…. J’avais des crampes et mal de cœur (j’en suis venue à la conclusion que j’avais ces malaises car je n’avais pas mangé quelque chose avant de commencer à monter le volcan et en plus l’effet de l’altitude n’aide en rien!).

Sommet du volcan : 4 220m. (ouaissss!!!)

De peine et de misère, un des guides et Faucon m’attendait car je marchais très lentement, nous avons pu voir un majestueux lever de soleil au dessus des nuages, accompagné de bourrasques de vent fraîches. Mais quel moment magique, féerique! La couleur de la lumière est d’une pureté et on n’avait que le goût de partir à courir pour continuer note course sur les nuages. Nous sommes restés un bon moment à savourer ce moment serein avec la nature. Ensuite, nous avons fait le tour du cratère (en passant, ce volcan est inactif…) et nous sommes redescendus vers le campement.

C’est alors que nous remarquâmes qu’une tente au complet a été dévalisée. Des gens sont venus volés les 5 sacs et leur contenu, mais tout n’avait pas été volé car les gens n’avaient pas pris soin de ranger leur matériel avant de monter le volcan…. Par chance, nous n’étions pas dans cette tente. Il y a des gens qui sont partis en découverte pour voir si on ne pouvait pas attraper les voleurs, mais ce fut en vain. Il y avait une fille de la Hollande qui avait laissé son passeport dans son sac…. Chose à ne jamais faire, les amis…. Ayez toujours votre passeport sur vous lorsque vous voyagez à l’étranger….. Et on a aussi appelé la police de la ville. Finalement, Faucon a sorti son cigare et je l’ai accompagné à quelques reprises pour fêter notre belle réussite d’ascension du plus haut volcan d’Amérique Centrale!!!

Nous avons fini par déjeuner avec du bon gruau et nous avons défait le campement pour revenir à 3 000 m. La descente fut assez facile, nos sacs étaient moins lourds et on descendait!

Arrivés en bas, nous avons eu un majestueux accueil des policiers qui imitaient une vache dans leur micro de leur camion de police…. Très professionnel quand même…. Donc, les gens qui s’étaient faits voler, sont aller au poste de police pour remplir un rapport de vol (surtout utile pour les assurances) et nous, nous avons continué notre chemin jusqu’à la rue ou nous avons attendu le chicken bus qui allait nous ramener à San Marcos. Arrivés là-bas, nous avons eu droit à un autre festin qui était du poulet et des papas fritas! C’était bien accueilli dans l’estomac! Et enfin, nous avons repris le bus pour Quetzaltenango…. Dans ces bus, nous étions pris comme des sardines ! J’adore les chicken bus!

Voici mon expérience assez marquante du Guaté résumée en quelques lignes seulement…. Ce fut mémorable comme expérience et je le recommencerais n’importe quand!

Pour notre souper, nous sommes allés dans un restau ou il servait des Shawarmas (restau dirigé par des touristes). Je voulais trop goûter à ceux du Guaté! Mauvaise idée, j’ai été un peu déçue du résultat! Mais bon, j’ai pu me réconforter dans la chambre d’hôtel en regardant la tv dans un « bon » lit douillet!

PS : les gens qui s’étaient faits volés sont revenus 3 heures plus tard que nous à l’hôtel Argentina, QG du Quetzaltrekkers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faucon
Admin
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 40
Localisation : Gatineau
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: le Tajumulco !   Mer 1 Nov - 9:27

Je place quelques images qui vont avec la description...










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laroute.naturalforum.net
 
le Tajumulco !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Par vents et pavés ! :: Chroniques variées :: Correspondants étrangers-
Sauter vers: